L'Institut et la science – Fiches Scientifiques

Le filtre des mers : les Éponges

Par Jean VACELET Directeur de recherches CNRS émérite, Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie marine et continentale, Station marine d’Endoume, Marseille
Utilisées depuis la plus haute antiquité, les éponges naturelles appartiennent à un grand groupe zoologique, les Spongiaires, dont on a longtemps discuté la nature animale ou végétale.

Les Spongiaires représenteraient les plus anciens animaux pluricellulaires, apparus par formation d’une colonie d’organismes unicellulaires. Pas fondamentalement différents de ce qu’ils étaient il y a 500 millions d’années, ces organismes filtreurs ont une action de premier plan dans la qualité de l’eau.

Très variées en forme et couleur, les éponges contribuent à la beauté des paysages sous-marins. Dans les abysses, certaines se sont affranchies de l’activité de filtration et sont devenues carnivores. Leur plan d’organisation très simple comprend des cellules très peu liées entre elles. L’ensemble est soutenu par un squelette, de composition très varié et qui constitue la principale base de leur classification.

On les trouve en mer depuis le littoral jusqu’aux plus grands fonds, et il existe des espèces d’eau douce. Facilement accessibles aux prédateurs potentiels, elles se défendent en fabriquant une exceptionnelle variété de molécules plus ou moins toxiques, qui suscitent un grand intérêt en pharmacologie.

Documents à télécharger

Retour accueilRetour accueil
1466154765.jpg zoomCliquez sur l'image pour agrandir
  • 1466154765 musee1466154765 musee