L'Institut et la science – Fiches Scientifiques

La fonte des glaces de l’Arctique

Auteur : Valérie MASSON-DELMOTTE Chercheur senior CEA, Institut Pierre-Simon Laplace/Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement (CEA-CNRS-UVSQ, Paris Saclay)
En Arctique, le réchauffement des surfaces ainsi que le recul de la banquise sont exceptionnels par rapport aux 1 400 années précédentes.

Des changements spectaculaires interviennent sur la cryosphère (manteau neigeux, banquise, petits glaciers de l’Arctique et calotte du Groenland), avec des impacts importants sur les écosystèmes et les activités humaines, et des rétroactions sur le système climatique planétaire.

L’évolution climatique de l’Arctique est marquée par une variabilité forte, due au transport de chaleur par les vents et les courants marins. À grande échelle, actuellement, c’est l’influence humaine qui domine pour le réchauffement arctique.

En revanche, celui du Groenland est dû pour 1/3 à l’influence humaine, et pour 2/3 à la configuration de la circulation atmosphérique. La fonte des glaces de l’Arctique sera amenée à se poursuivre, même dans les scénarios les plus optimistes de maîtrise des rejets de gaz à effet de serre.

Documents à télécharger

Retour accueilRetour accueil
1445245524.jpg zoomCliquez sur l'image pour agrandir
  • 1445245524 musee1445245524 musee