L'Institut et la science – Fiches Scientifiques

Les molécules marines pour la santé et la recherche médicale

Par Bernard Banaigs
De l'écologie chimique…

Aujourd’hui encore, le milieu marin reste relativement mal connu des chimistes. Sur environ 145 000 à 150 000 substances naturelles aujourd'hui décrites, on estime à 10 % seulement celles provenant d'organismes marins. Et pourtant une grande partie de la biodiversité de la vie sur la planète Terre se situe dans les océans avec 34 des 36 phylums existants, représentés. Depuis plus de 100 millions d'années, le milieu marin vit une course aux armes chimiques, il est le siège de luttes incessantes entre proies et prédateurs, ou entre colonisateurs et colonisés. Les organismes marins, vivants dans un milieu hautement compétitif produisent des métabolites, dits secondaires, uniques, qui jouent un rôle fondamental dans la structuration et le fonctionnement de tout écosystème (compétition pour l’espace, colonisation des surfaces, défense contre la prédation, séduction pour la reproduction…). En mer, plus encore que sur terre, les systèmes de communication chimique constituent un élément indispensable dans l'établissement des relations intra- et interspécifiques. Ceci est d'autant plus vrai que parmi les organismes marins plusieurs milliers d'espèces – c'est le cas notamment de la plupart des invertébrés marins – sont sessiles et dépourvues d'organe de la vision. Les caractéristiques physico-chimiques de l'eau conditionnent en effet les différences de mode de vie entre milieu marin et milieu terrestre. En mer, la vie fixée est possible et favorable. De plus, la fonction vectrice de l'eau, où s'exercent diffusion et dispersion avec une grande facilité, favorise les phénomènes de communication chimique.
 
Les médiateurs chimiques, attractants ou répulsifs, sélectionnés par des milliers d'années d'évolution et de co-évolution pour leur efficacité, possèdent souvent des activités très spécifiques et présentent, de ce fait, un grand intérêt dans différents domaines relevant de la chimie pour le vivant (santés humaine et animale, cosmétique, phytopharmacie, peintures antifouling…).

[...]

Documents à télécharger

Retour accueilRetour accueil
1380378038.jpg zoomCliquez sur l'image pour agrandir
Ascidies coloniales Didemnum molle (îles Glorieuses). C'est dans ce type d'invertébré marin sessile que de nombreux composés, actuellement en développement clinique pour des activités anticancéreuses, ont été isolés. (Photo Alain Diaz)
  • 1380378038 musee1380378038 musee