L'Institut et la science – Fiches Scientifiques

Les Méduses et l'Homme

Par Jacqueline Goy
Dès l'Antiquité, les nuisances dues aux méduses ont incité Aristote à leur donner le nom de « cnide » (urticant en grec) et, en hommage, les savants ont créé le groupe des Cnidaires pour désigner l'ensemble des animaux possédant cette fonction : méduses, siphonophores, coraux, anémones de mer, gorgones. Les piqûres de méduses n'ont pas toutes la même gravité et, sur nos côtes, elles provoquent de simples démangeaisons ou une ulcération profonde. C'est justement ce qu'ont ressenti les marins en triant des poches de chalut remplies de physalies lors de campagnes du Prince Albert Ier de Monaco au large des Açores. Les physalies ne sont pas des méduses mais des siphonophores dont les longs tentacules récupèrent les proies en les paralysant grâce à leurs toxines. Étudiée par deux savants, Charles Richet et Paul Portier, que le Prince embarque, et testée sur des animaux, la toxine a un effet sur le coeur et les poumons, plus violent au second contact. Les deux savants ont appelé cette réaction l'anaphylaxie, le contraire de la phylaxie ou protection, c'est le paroxysme des allergies. Charles Richet a reçu le prix Nobel de médecine et de physiologie en 1913.[...]

Documents à télécharger

Retour accueilRetour accueil
1354542808.jpg zoomCliquez sur l'image pour agrandir
  • 1354542808 musee1354542808 musee