L'Institut et la science – Fiches Scientifiques

Pêche récréative responsable

Une consultation d’experts organisée par la FAO a adopté au début du mois d’août 2011, les premières «Lignes directrices pour une pêche récréative responsable".
Vingt experts, universitaires, politiques et représentants d’ONG, se sont réunis au Leibniz-Institute of Freshwater Ecology and Inland Fisheries les 5 et 6 August 2011 à l’issue de la 6ème Conférence mondiale sur la pêche récréative tenue du 1er au 4 août 2011 à l’Université Humbolt de Berlin. La consultation d’experts organisée par la FAO (Organisation des Nations unies pour l’Alimentation et l’Agriculture) a adopté au début du mois d’août 2011, les premières « Lignes directrices pour une pêche récréative responsable ». Ce document qui transpose en quelque sorte, les dispositions du Code de conduite de la FAO sur la pêche responsable, devrait être présenté au Comité des pêches de l’organisation (COFI) lors de sa prochaine réunion, puis publié par la FAO. (La pêche récréative est définie comme étant pratiquée pour des raisons autres que la satisfaction de besoins alimentaires ; les produits pêchés ne sont en général pas vendus ou commercialisés). La pêche récréative constitue dans de nombreuses régions, une importante occupation puisque l’on estime que 10 % de la population mondiale y consacre ses loisirs. Des millions d’emplois sont liés à cette activité et les experts relèvent que le chiffre d’affaires qu’elle génère, dépasse ceux de la pêche commerciale et de l’aquaculture. Les stocks de poissons sauvages a-t-il encore été précisé, constituent aujourd’hui une cible privilégiée de la pêche de loisir. Abordant la question des effets de la pêche récréative, les experts ont évoqué les dangers inhérents à cette pratique ainsi que son impact potentiel sur les écosystèmes ; de tels dangers résultant principalement d’une mauvaise gestion des lieux de pêche, les autorités des Etats concernés ont été appelées à en organiser une surveillance plus efficace. Le document adopté a rendu honneur aux pêcheurs de loisir, en saluant leur contribution en matière de conservation d’espèces en danger, de leurs habitats et des écosystèmes aquatiques en général. Josette Beer-Gabel Maître de conférences, Université Paris I Professeur à l'Institut Océanographique de Paris Retour accueilRetour accueil