L'Institut et la science – Fiches Scientifiques

L’interface air-mer, une frontière très active de l’océan

Par Alain SALIOT
L’interface air-mer couvre plus de 70% de la surface terrestre.
A cette interface existe une microcouche de surface, encore appelée peau de la mer, et dont les caractéristiques physiques, chimiques et biologiques diffèrent de l’eau sous-jacente prélevée quelques centimètres en dessous.

La microcouche est formée par l’accumulation de surfactants, de protéines, d’acides aminés, d’hydrates de carbone, de lipides, de phénols et de divers polluants minéraux et organiques en zone contaminée.

Elle constitue un écosystème particulier, où se développent diverses formes de vie appelées neuston. Malgré la faible épaisseur de la microcouche, de l’ordre du millimètre, cette interface joue un rôle important dans les processus biogéochimiques à l’échelle globale : évaporation, échange de gaz (CO2, N2O, O2, DiMéthyle Sulfure) et de chaleur entre l’océan et l’atmosphère, recyclage et production de particules telles aérosols et noyaux de condensation des nuages par éjection par les bulles ou pétillement de la mer, boucles microbiennes.

Par exemple une microcouche bien constituée peut réduire l’évaporation de plus de 20 %....

Documents à télécharger

Retour accueilRetour accueil
1338997650.jpg zoomCliquez sur l'image pour agrandir
  • 1338997650 musee1338997650 musee