Conférences – 2018 CINÉ-CONFÉRENCES

Des archéologues aux pieds palmés
Enquêtes en eaux profondes
>Mercredi 10 octobre 2018

Présentée par Michel L'HOUR (conservateur général du Patrimoine, directeur du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines du ministère de la Culture)

Michel L’Hour expliquera ce qu'est le monde de l'archéologie sous-marine et pourquoi les archéologues français se sont préoccupés depuis plusieurs décennies de conquérir les abysses afin d'y étudier les épaves qui y sont enfouies.

Projection du film : Le robot des abysses
Épisode 10 de la série « Enquêtes en eaux profondes, 26’
Co-production Gédéon Programmes et DRASSM 

Ils tentent de localiser, identifier et préserver des épaves uniques gisant dans les grandes profondeurs sous-marines. Véritables chasseurs d'épaves, les membres de l'équipe du DRASSM utilisent les technologies les plus novatrices pour sonder les grandes profondeurs, scanner et filmer les épaves, et remonter les objets précieux. En parallèle de la traque effectuée en mer, un enquêteur historien, en lien avec l'équipe du bateau, étudie les archives pour dénicher des documents inédits relatifs aux navires et aux récits du naufrage.

Pour en savoir plus

La conférence poursuivra en évoquant les voies prospectées afin d'améliorer l’humanoïde Ocean One (conçu au laboratoire de robotique de l'université de Stanford – USA) et la mise au point de matériels pour étudier les épaves à très grande profondeur comme le Danton.

Projection du film : Le mystère du cuirassé Danton
Épisode 6 de la série « Enquêtes en eaux profondes, 26’
Co-production Gédéon Programmes et DRASSM

Pour en savoir plus

Janvier 2008. À 35 kilomètres au sud de la Sardaigne, un navire détecte une épave non identifiée située à plus de 1 000 mètres de profondeur. Après enquête, les archéologues découvrent qu'il s'agit du cuirassé français Danton, torpillé en 1917 par le sous-marin allemand U64 et que personne n'avait jamais retrouvé. Après plusieurs années consacrées au développement de nouveaux outils de prises de vues et d'éclairage, l'équipe du DRASSM (Département des recherches archéologiques subaquatiques et sous-marines) part en mission pour explorer pour la première fois cette épave. Que reste-t-il du cuirassé après un siècle passé sous l'eau ?

Michel L’HOUR
Docteur en archéologie de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, scaphandrier professionnel et académicien de marine, Michel L’Hour est conservateur général du Patrimoine. Il s’est spécialisé en 1979 dans le domaine de l’archéologie sous-marine et a été intégré en 1982 au sein du Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM) (Underwater Archaeology Research Department). Ce Service à Compétence Nationale du ministère français de la Culture est responsable du patrimoine sous-marin de l’ensemble des eaux de la ZEE française.

Au DRASSM, il a longtemps assumé la responsabilité des littoraux Atlantique, Manche, mer du Nord et des territoires d’outre-mer avant d’être nommé directeur de ce Département en 2006. Auteur d’une dizaine d’ouvrages et de plus de 200 articles scientifiques, commissaire de grandes expositions comme La Mémoire engloutie de Brunei, La mer pour mémoire ou Le Mystère Lapérouse, il a, en 37 ans de vie professionnelle, réalisé l’expertise ou dirigé la fouille, en France ou à l’étranger, de près de trois cents épaves archéologiques et historiques. Expert auprès de l’UNESCO pour le patrimoine immergé, membre et ancien Président du Conseil Scientifique et Technique de la Convention de 2001 de cette Organisation, son expertise est régulièrement sollicitée par de grands organismes internationaux, tels l’UNESCO, l’ICOM ou Interpol. Il est aujourd’hui considéré comme l’un des meilleurs spécialistes au monde en matière d’archéologie sous-marine.

Retour accueilRetour accueil
1539169110.jpg zoomCliquez sur l'image pour agrandir
  • 1539169110 musee1539169110 musee