Vous êtes ici > Accueil > Revue de presse des Océans > L'Institut et la science – Fiches Scientifiques > Les lipides marins à activité biologique, intérêt en nutrition et santé
Revue de presse des Océans S'inscrire à la Newsletter Le monde marin vous passionne ? Ne manquez plus rien sur son actualité, grâce à notre « Revue de presse des océans » ! Chaque lundi, recevez une sélection des meilleurs articles consacrés à la biodiversité, aux grands fonds ou encore aux espèces menacées. Une mine d’informations pour qui souhaite mieux connaître, aimer et protéger les océans.
  • Les lipides marins à activité biologique, intérêt en nutrition et santé Date de parution : 27/06/2017 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    Par Gilles BARNATHAN - L’extraordinaire diversité moléculaire des organismes marins, souvent sans équivalent terrestre, constitue la source la plus originale, la plus vaste et la plus prometteuse, de lipides biologiquement actifs.
  • Les végétaux marins ou le succès de poupées russes Date de parution : 27/04/2017 Source : Institut océanographique
    Bruno DE REVIERS Professeur, Muséum national d’histoire naturelle Institut de Systématique, Évolution, Biodiversité, Équipe Exploration, Espèces et Évolution (3E), Paris.
  • Les calmars ne sont pas des poissons, l'optimisation de leur exploitation par la pêche nécessite des outils adaptés Date de parution : 24/03/2017 Source : Institut océanographique
    Les calmars comprennent environ 290 espèces. Les plus grands invertébrés marins appartiennent à ce groupe. Ces mollusques ont fait l'objet d'une exploitation croissante par la pêche depuis la deuxième moitié du XXe siècle.
    La plupart des quarante espèces pêchées bouclent leur cycle biologique en un an. Leur survie dans le milieu naturel est mal connue car leur croissance rapide fait qu'ils ne sont pas longtemps capturables par le même type d'engin. L'approche classique, par modélisation afin de les répartir en quotas de
    pêche pour chaque flottille, en biologie des pêches n'est pas toujours transposable à ces mollusques.

  • Les vitraux de la Maison des Océans Date de parution : 27/02/2017 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    Par Jacqueline GOY, Attachée scientifique à l’Institut océanographique, Fondation Albert Ier, Prince de Monaco et Dominique VOYNET Professeure au lycée des Métiers d’Art du Verre Lucas de Nehou, Paris - La Maison des Océans à Paris, fondée par Albert Ier, Prince de Monaco, est décorée d'une verrière représentant dix-huit animaux marins, reproduits d'après les planches de l'ouvrage Kunstformen der Natur de Ernst Haeckel. La peinture de ces vitraux  fait également l’objet d’une étude de la technique de leur réalisation.



  • Observer l’Océan à l’interface Mer-Air grâce à des voiliers Date de parution : 07/01/2017 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    En 2005 naît l’idée du Programme OceanoScientific Explorer, dont la démarche s’avère en harmonie avec la politique scientifique mondiale relative à l’étude du changement climatique.
  • Les 10 ans du site DORIS : Comment déterminer une espèce observée en plongée sous-marine et obtenir à son sujet un maximum d’informations ? Date de parution : 11/11/2016 Source : Institut océanographique
    Vincent MARAN Initiateur et responsable du projet DORIS, Vice-Président de la Commission nationale Environnement et Biologie Subaquatiques, Instructeur national de Biologie Subaquatique. - DORIS, dès sa conception, a eu vocation également à devenir un outil pédagogique, comme source d’informations et de
    photographies, au service des cadres de la FFESSM.

  • Mathurin Méheut, peintre de la biodiversité marine Date de parution : 29/09/2016 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    Par Michel GLÉMAREC Professeur honoraire d’océanographie biologique à l’université de Bretagne occidentale Expert et consultant en écologie marine


  • Les multiples avantages des grandes aires marines hautement protégées, pour un océan en bonne santé Date de parution : 26/08/2016 Source : Institut océanographique
    Par Global Ocean Legacy – Pew
    Les grandes réserves marines hautement protégées constituent un outil essentiel pour répondre à plusieurs enjeux qui touchent au bon état de l’océan.


  • Travailler ensemble pour créer la première génération de grands parcs marins au monde Date de parution : 28/07/2016 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    Auteur : Global Ocean Legacy – Pew. Les grandes réserves marines hautement protégées sont cruciales à la protection de l’environnement marin.  Cependant, moins de 2 % de l’océan est hautement protégé.
  • Sommes-nous constitués d’une association de procaryotes ? Date de parution : 04/07/2016 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    Bruno DE REVIERS Professeur, Muséum national d’histoire naturelle, Institut de Systématique, Évolution,  Biodiversité Équipe Exploration, Espèces et Évolution (3E) Paris - En 1925, le zoologiste Édouard Chatton publie une  classification dans laquelle les « bactéries » au sens de l’époque (nommées procaryotes) sont considérées comme  fondamentalement différentes de tous les autres êtres vivants (nommés eucaryotes). L’origine de ces noms résulte  de la nature compartimentée des cellules eucaryotes : leur matériel génétique est  notamment contenu dans un  noyau délimité par une enveloppe constituée de deux membranes et eu-karyon, en grec, signifie « vrai noyau ».  L’ADN des procaryotes, au contraire, est situé directement dans une zone du cytosol non délimitée par une  membrane (le grec pró-karyon signifiant « avant le noyau »).
  • Le filtre des mers : les Éponges Date de parution : 17/06/2016 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    Par Jean Vacelet, Directeur de recherches CNRS émérite, Institut méditerranéen de biodiversité et d'écologie  marine et continentale, Station marine d’Endoume, Marseille  Utilisées depuis la plus haute antiquité, les éponges naturelles appartiennent à un grand groupe zoologique, les  Spongiaires, dont on a longtemps discuté la nature animale ou végétale. Les Spongiaires représenteraient les plus  anciens animaux pluricellulaires, apparus par formation d’une colonie d’organismes unicellulaires. Pas  fondamentalement différents de ce qu’ils étaient il y a 500 millions d’années, ces organismes filtreurs ont une action  de premier plan dans la qualité de l’eau. Très variées en forme et couleur, les éponges contribuent à la beauté des  paysages sous-marins.

  • Les organismes marins : un gisement exceptionnel de lipides d’intérêt pour l’homme Date de parution : 23/05/2016 Source : L'Institut et la science – Fiches Scientifiques
    Par Gilles BARNATHAN - Le monde vivant marin peut être considéré comme un gisement naturel riche en  composés très variés, en molécules biologiquement actives, souvent sans équivalents terrestres. Les organismes  marins, vivant dans des conditions très différentes et parfois exposés à des conditions extrêmes, produisent une  large variété de substances à activité spécifique, en particulier des lipides, sources majeures d'énergie métabolique  et matériaux essentiels pour la formation des membranes cellulaires et tissulaires.