Droit de la mer, 30 ans après Montego Bay, opportunités économiques et défis environnementaux

A l'approche du 30ème anniversaire de la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer, un colloque international réunissant des personnalités politiques, des industriels, des experts de l'environnement marin et du droit de la mer se tenait mardi dernier à Monaco.
Colloque organisé par la revue Marine et Océans avec le soutien de la Marine nationale, du Secrétariat général de la mer, de la Fondation Prince Albert II de Monaco, de l’Institut océanographique, Fondation Albert Ier, Prince de Monaco.

La conférence de Rio+20 a reconnu l'importance des océans dans l'équilibre environnemental global de notre planète. La résolution finale restitue l'ampleur des menaces qui pèsent sur eux mais ne comporte aucun engagement concret.

Il apparait utile d’approfondir la réflexion en vue de compléter les normes réglementaires applicables à la Haute Mer, afin d’identifier des dispositions qui puissent assurer une gestion durable des océans,  préserver leur biodiversité et les écosystèmes marins.

Autour de S.A.S. le Prince Albert II, se sont rassemblés des personnalités politiques ainsi que des experts de l’environnement marin et du droit de la mer.

Cette conférence visait à promouvoir, à l’approche du 30ème anniversaire de la Convention des Nations Unies sur le Droit de la Mer, de nouvelles pistes de réflexion permettant de proposer les fondements d’une gouvernance efficiente de la Haute Mer.

S'appuyant sur les dernières recherches dans le domaine, elle a notamment examiné :

- Les conséquences sur l'environnement du développement des activités humaines en mer ces dernières années,
- Les réponses apportées par la CNUDM, ainsi que les limites de ce cadre fondateur,
- Les perspectives  pour mieux appliquer le cadre réglementaire existant et, le cas échéant, le compléter.

Retour accueilRetour accueil
1351239653 musee zoomCliquez sur l'image pour agrandir
De gauche à droite : Ici sur le BPC Tonnerre, le Vice-Amiral d'escadre Yann Tainguy, Préfet maritime de la Méditerranée, l’Amiral Bernard Rogel, Chef d'état-major de la Marine française; S.A.S. le Prince Albert II de Monaco, Robert Calcagno, Directeur général de l’Institut océanographiq